Communiqué

Nous avons pris connaissance des menaces portées à l’encontre de l’organisatrice de Cabababy Party et de son spectacle. Notre association ne soutient pas de tels actes et rappelle ses valeurs fondatrices basées sur le respect de la liberté de chacun, la libre expression et la protection des droits individuels.

Nous n’appelons à aucune mobilisation ni obstruction lors de cet évènement. Nous avons souhaité alerter les élus et les parents sur un évènement inadapté pour les enfants et sur les dangers potentiels pour la santé psychique des enfants à long terme.

Ouvrons le débat, pas l’aversion.

Courrier envoyé à Mme Sylvie Schmitt
Adjointe au maire chargée de l’éducation, de l’enfance et de la jeunesse

Un spectacle intitulé Caba Baby Party va avoir lieu sur Bordeaux dimanche 11 décembre 2022.

Un spectacle Drag Queens pour enfants, organisé et présenté par des Drag Queens.
Notre association, Enfance et Sourires 33 a souhaité alerter les parents, mais également les élus, les responsables des établissements et structures en charge de l’accompagnement des enfants sur les enjeux des spectacles Drag Queens pour les enfants.

En premier lieu, nous tenons à préciser qu’il n’est en aucun cas question pour nous de porter un quelconque jugement sur la communauté LGBTQ. Nous respectons le choix de chacun et revendiquons le droit et la liberté pour chaque individu de choisir la vie et les orientations qu’il souhaite.

La performance des drag-queens est intrinsèquement sexuelle avec des performances hyper sexualisées destinées à un public adulte.
 
Les Drag Queens donnent des spectacles dans des boites de nuit pour adultes
Un monde dans lequel se mélange nudité et sexe.

Exposer des enfants à la vision d’attributs sexuels hypertrophiés mis en scène dans des chorégraphies obscènes n’a rien de divertissant et encore moins d’éducatif !
Une nouvelle tentative de célébrer des comportements sexuels ou modes de vie spécifiques qui n’ont tout simplement pas leur place dans un monde d’enfant.
Une volonté d’entraîner les enfants dans le monde de la sexualité adulte, donc de nouveau une méthode pour sexualiser les enfants.

La spécialiste en sciences de l’éducation Karla Etschenberg, prend à son tour position et déclare que tout ce qui se déroule et est perçu dans l’environnement d’un enfant est une « offre d’apprentissage ». L’enfant ne peut ni choisir consciemment cette offre ni l’évaluer. « Aucune tierce personne ne peut évaluer ce qui est enregistré ou intégré dans le cerveau de l’enfant et exerce des effets à long terme.
De telles manifestations constituent une expérience de genre qui met en danger la santé psychique des enfants. Elles sont au service d’objectifs idéologiques plutôt qu’au service du bien de l’enfant.

En 2016 Le conseil de l’Europe a présenté un projet de résolution pour lutter contre l’hyper sexualisation des enfants.

L’Assemblée parlementaire devait exprimer sa préoccupation sur la tendance croissante à l’hyper sexualisation des enfants et inviter les Etats membres à renforcer leurs législation et politiques pertinentes.
Des programmes ciblés devaient être développés pour éduquer les enfants à la maison et à l’école.

Les professionnels en charge de la garde et de l’éducation des enfants devaient être spécialement formés. Donner aux enfants les moyens de développer des attitudes critiques vis-à-vis des contenus médiatiques et de devenir résilients à la pression des pairs, notamment concernant le partage d’images sexualisées.

En 2013 un projet de loi présenté au sénat pour lutter contre l’hyper sexualisation des enfants met en exergue la mise en danger de l’enfant en termes de développement et de construction psychologique.

La société doit prendre conscience et reconnaître que la banalisation des codes pornographiques et de l’hyper sexualisation est contraire à l’intérêt général et à la construction des générations futures.

Pour la construction de l’enfant, des étapes essentielles de son développement doivent être respectées. Notamment la période de latence, qui, permet à l’enfant d’organiser sa personnalité et de se consacrer, jusqu’à sa puberté, à ses apprentissages.

Selon les pédopsychiatres, l’hyper sexualisation doit être considérée comme une entrave sérieuse au développement psychoaffectif de l’enfant ayant pour finalité la transformation de l’enfant en objet de désir sexuel. Ce phénomène constitue un véritable traumatisme qui peut dans les cas les plus extrêmes conduire à des conduites individuelles à risque.

Nous souhaiterions avoir votre avis sur ces représentations.
Comment la ville de Bordeaux assure t-elle la protection et l’intégrité de nos enfants face à ces évènements ?



Association Enfance et Sourires 33

Le port du masque n’est pas une obligation légale à l’école.

Droits d'auteur : Martin Leveneur



Courrier envoyé à un établissement ce jour. Nous invitons les parents à faire de même en s’appuyant sur ce modèle que vous pouvez modifier à votre convenance. N’hésitez pas à nous contacter!



Madame S,

Nous avons été alertés par des parents d’élèves membres de notre association, qui ont reçu de votre part une injonction à faire tester leurs enfants ou à les isoler dans le cadre de cas contacts au covid 19.

Le protocole « sanitaire » publié par l’Éducation Nationale le 15 juillet 2022 ne repose désormais sur aucune disposition législative ou réglementaire en vigueur ni sur aucune prescription du ministère de la Santé ou avis du HCSP.

Il n’a toujours aucune valeur juridique contraignante (cf. décisions Conseil d’État n°452487 [14], n°452502 [15] et n°457687 [16] des 1er juin et 16 novembre 2021) et seule une nouvelle loi votée à l’Assemblée nationale pourrait établir son caractère coercitif.

Entre le 17 et le 24 Octobre, l’association Parents en colère et de nombreux citoyens ont écrit aux sénateurs suite à la mise en place de test de dépistage Covid-19 dans deux établissements scolaires de Metz.
Ce qui a conduit le sénateur de la Moselle, M. MIZZON, à écrire au Ministre de l’Éducation Nationale, pour demander un courrier de rappel des règles à tous les directeurs d’établissements.

Par ailleurs, le ministre de l’éducation nationale, Monsieur Pap NDIAYE, a répondu et confirme que les cas contacts sont « invités » à se faire dépister, ce n’est donc pas une obligation légale.

Le site officiel du gouvernement Service public.fr indique :
« Il n’y a pas de règle spécifique en milieu scolaire, plus de politique spécifique de tests à l’école, ni de dispositif de contact tracing spécifique en milieu scolaire », précise le ministère de l’Éducation nationale.
Si les élèves positifs à la Covid-19 seront toujours tenus de s’isoler (selon les règles sanitaires nationales en vigueur), il n’y aura pas d’isolement prévu pour les cas contacts, ni d’obligation de test. Ainsi, pas de contact tracing spécifique en milieu scolaire ni de campagnes de tests salivaires pour cette rentrée des classes. »

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15827

Tout courrier ou courriel
adressé aux élèves ou parents, induisant une obligation implicite ou explicite dudit protocole sanitaire dans les établissements scolaires en vigueur sera considéré comme trompeur et fera l’objet d’un signalement au Procureur de la République.

Par conséquent, Madame, nous vous invitons à ne pas prendre de décision illégale ou contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant tel que garanti par l’article 3.1 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Nous restons attentifs et vigilants à ce que les droits et le respect des enfants soient garantis.

Dans le cas contraire, nous serons dans l’obligation de nous rapprocher de notre cabinet d’avocats afin d’envisager les mesures nécessaires au respect du droit.

Nous restons à votre entière disposition.

Nous vous prions d’agréer, Madame, l’expression de notre sincère considération.

Association Enfance et Sourires 33

Goûter partagé parents – enfants

Dimanche 18 Septembre 

Goûter partagé parents enfants avec animations

15 h – 19h à Bordeaux

Quai Louis XVIII en face des Quinconces, sur l’herbe sous les platanes

Nous avons le plaisir de vous convier à notre évènement de rentrée pour les parents et les enfants. 

De nombreuses animations pour les enfants vous attendent, pour les laisser s’exprimer, les laisser faire envoler leurs maux. Danse, maquillage, atelier philo, bulles géantes, et lâcher de ballons.

Cette journée sera également l’occasion de se revoir, de continuer à faire du lien pour affronter la nouvelle année qui nous attend, et l’occasion également d’échanger sur les possibilités de rejoindre nos listes de parents d’élèves dans les écoles de Gironde ! 

Aujourd’hui nous sommes représentés dans une dizaine d’écoles girondines. Des parents, membres de notre association, ont pu défendre nos enfants et peser dans la vie des écoles et collèges concernés. 

Nous invitons tous les parents désireux de s’investir dans la vie des écoles et des établissements scolaires en général à rejoindre nos équipes pour constituer de nouvelles listes Enfance et sourires 33 à la rentrée de Septembre 2022.

N’hésitez pas à venir échanger avec nous ce dimanche, ou à nous contacter par mail.

Journée nationale des enfants

Samedi 28 Mai 2022 est la journée nationale pour les enfants.

Dans le cadre de cette journée une maman organise à Saint-Mariens dans le Nord-Gironde cette journée localement et vous invite à la rejoindre pour passer un pique-nique en toute convivialité dès 12h00.

c’est avec plaisir que nous diffusons cet événement.
www.tousunispournosenfants.org